Indemnités journalières

En cas d’arrêt-maladie, vous avez 48 heures pour transmettre l’avis d’arrêt de travail à votre organisme d’Assurance Maladie. Cette intervention financière vous fait bénéficier d’une indemnité journalière versée par votre Assurance Maladie pour compenser votre salaire perdu.

Les salariés concernés par les indemnités journalières

La mutuelle, au moyen de l’indemnité journalière, subvient aux besoins financiers des travailleurs qui sont en arrêt de travail, suite à une prescription médicale. Ce dédommagement intervient, quelle que soit la durée de l’arrêt de travail.

Seuls les employés qui remplissent les conditions d’ouverture des droits sont bénéficiaires des indemnités journalières. Ces conditions d’éligibilité varient en fonction de la durée de votre arrêt de travail suite à une maladie, ainsi que de votre situation.

Un arrêt de travail inférieur à 6 mois

Les travailleurs qui désirent percevoir leurs allocations quotidiennes doivent avoir travaillé au moins 200 heures dans les trois derniers mois précédents la maladie provoquant un arrêt de travail. Ce dédommagement pécuniaire est également accordé à ceux qui ont cotisé sur un salaire supérieur ou égal à 1 015 fois le SMIC horaire, au cours des 6 mois avant l’arrêt d’exercice de métier.

Un arrêt de longue durée supérieur à 6 mois

Pour jouir de ce dédommagement, vous devez impérativement totaliser au moins douze mois d’immatriculation auprès de la mutuelle. De plus, vous devez avoir travaillé plus de 799 h dans vos 12 derniers mois. Lors des trois premiers mois, vous devez avoir effectué 200 heures sur 800. Vous en êtes également bénéficiaire si vous avez cotisé sur un salaire supérieur à 2 030 fois le SMIC horaire dans les douze mois précédents votre maladie.

Indemnités journalièresPerception d’allocations quotidiennes pour les salariés saisonniers ou travaillant en discontinu

Si vous avez une profession à caractère saisonnier ou discontinu, vous êtes alors concerné par cette aide. Mais il faut remplir certaines conditions, à savoir :

  • Avoir travaillé au moins 800 heures pendant 12 mois civils ou 365 jours consécutifs précédant l’arrêt
  • Remplir les mêmes modalités que celles des salariés normaux, c’est-à-dire : cotiser 2 030 fois le SMIC horaire dans les 12 mois civils qui précèdent sa maladie

Si l’arrêt d’exercice de métier dépasse 6 mois, le travailleur saisonnier devra aussi être immatriculé à l’assurance sociale depuis un an auprès de l’Assurance Maladie.

Montant des dédommagements quotidiens

Un délai de carence de trois jours est appliqué dans la plupart des arrêts de travail. La perception de vos indemnités a lieu tous les 14 jours. Le montant est plafonné à 2 574,40 € soit 1,8 fois le SMIC. Cette limite est valable depuis le 1er janvier 2013. Pour connaître la valeur exacte de votre allocation, celle-ci équivaut à 50 % de votre salaire journalier de base. Il faudra pour cela faire une moyenne des trois dernières mensualités brutes précédant votre interruption de travail.